Un challenge hors du commun

Le 18 septembre dernier, 11 alternants en contrat de professionnalisation Maintenance industrielle ont passé un tablier pour s’essayer à l’art délicat de la cuisine. Accompagnés de leurs tuteurs et du chef étoilé Loïc Villemin (Restaurant Toya), ce groupe a participé à un projet atypique associant les secteurs de la Maintenance industrielle et de la Gastronomie. Explications.

Organisé par le Geme (Groupement d’employeur de Moselle-Est), en partenariat avec le DUF (District urbain de Faulquemont) et le restaurant Toya, ce challenge avait pour but de réunir deux univers différents pour renforcer la cohésion d’équipe. Certes impensable au départ, ce projet visait à « créer un moment de partage, en dehors d’un contexte habituel, entre des équipes amenées à travailler ensemble dans l’entreprise de demain », explique Christine Zimmermann, Responsable Développement Formation au sein du GEME.

La journée a débuté par la composition des deux équipes qui s’en sont allées cueillir des herbes sauvages dans le cadre verdoyant du golf de Faulquemont. Les récoltes ont ensuite été utilisées à la préparation de mets culinaires confectionnés sous la houlette de Loïc Villemin Chef étoilé, et dégustés par une assemblée de convives (chefs d’entreprise, partenaires, tuteurs) réunis pour l’occasion.

Chaque invité a dû, à la fin du repas se prononcer en faveur de l’un des deux types d’amuse-bouche et choisir lequel était le plus raffiné…

« La mixité des univers crée la richesse des relations »
Ce challenge a rassemblé cinq entreprises industrielles du territoire (EKK, Lorraine Profilés, Burgmaier Precisdec, AEF et Continental), les partenaires ayant participé au recrutement et au financement du dispositif (Pôle Emploi, Mission locale, OPCA) et 11 alternants accompagnés de leurs 8 tuteurs respectifs.

Une matinée riche en émotions, avec des rencontres inattendues, des échanges d’idées, de créativité. Des instants de partage, savourés par chacun, dans un milieu parfaitement inconnu jusqu’alors. En effet, l’idée d’une telle initiative était de favoriser la rencontre entre des univers différents, de créer des liens, de développer des relations hors d’un contexte industriel. Plus de hiérarchies, plus de barrières, l’humain seul placé au centre des priorités et de toute l’attention, ajoute Christine Zimmermann. En sortant de ce contexte professionnel, l’objectif visé était à la fois individuel et collectif. Il devait permettre à chacun de faire évoluer sa perception de soi, d’améliorer ses rapports aux autres, de redonner du sens à ses valeurs, à ses pratiques quotidiennes tout en renforçant la cohésion d’équipe.

 

> TOUTES LES ACTUALITÉS